Les soulèvements populaires en Biélorussie

Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois à présent, nous entendons parler dans les médias de soulèvements populaires en Biélorussie ou Bélarus. Ce petit Etat méconnu, de l’Europe orientale,  se situe entre les pays baltes, la Pologne, l’Ukraine et la Russie. A la chute de l’URSS, les Etats de l’Europe de l’est se sont démocratisés au fur et à mesure des années et ont adhéré pour beaucoup d’entre eux à l’OTAN, au Conseil de l’Europe ou encore à l’Union Européenne. La Biélorussie reste une exception; en effet, il s’agit d’un des derniers régimes autoritaires du continent européen. Mais pourquoi le peuple biélorusse se révolte-t-il ?

Tout d’abord, pour comprendre ces manifestations, il faut se concentrer sur leur Président, Alexandre Loukachenko, qui est également surnommé Batka (père). En 1994, une nouvelle Constitution voit le jour dans ce jeune Etat indépendant et par conséquence, prévoit la tenue d’élections. Lors de cette même année, Alexandre Loukachenko est élu président de la République de Biélorussie. Il est un ancien cadre du parti communiste sous l’ère soviétique. Lors de sa campagne, il promet de lutter contre le capitalisme et la corruption. Il est soutenu car il veut diriger le pays comme à son apogée lors de l’époque communiste. En 1996, lors de sa première législature, il organise un référendum afin d’augmenter la durée du mandat présidentiel. Depuis, il ne cesse de diriger son pays d’une main de fer : répression des opposants, contrôle des syndicats et médias par l’Etat, violation de la Constitution, trucage des élections, contrôle de la Banque nationale biélorusse, etc. En 2004, il fait voter par référendum la suppression de la limitation des mandats présidentiels. Il est donc au pouvoir depuis 26 ans et entame sa sixième législature.

Ensuite, ce sont les élections présidentielles de 2020 qui sont au cœur des révoltes populaires dont nous entendons parler dans les médias. En effet, le 9 août 2020, le président biélorusse a été réélu avec plus de 80% des voix, ce qui semble extrêmement élevé pour un président dans la tourmente. Le peuple veut retrouver sa liberté et veut la démission de ce président qui s’accroche au pouvoir depuis bien trop longtemps. Les gens sont également mécontents après la mauvaise gestion de la crise du coronavirus ainsi que pour les mauvaises conditions économiques du pays. Le mouvement rassemble toutes les tranches de la population (jeunes, adultes, seniors, femmes) et constitue le plus grand mouvement révolutionnaire depuis l’indépendance de cet Etat. Malgré la répression et l’arrestation des premières vagues, les révoltes ne faiblissent pas. Chaque dimanche, des milliers de personnes protestent pour la démission d’Alexandre Loukachenko et la tenue de nouvelles élections. Il faut également préciser que beaucoup soutiennent l’opposante, Svetlana Tsikhanovskaïa, qui est probablement la vraie gagnante des élections présidentielles de 2020. C’est une avancée dans cet Etat qu’une femme se présente à ce poste.

Enfin, au niveau européen, l’Union européenne ne reconnait pas la présidence d’Alexandre Loukachenko, condamne les violences subies par les manifestants pacifiques et soutient le peuple biélorusse. Elle a également décidé de sanctionner les responsables des violences et le trucage des élections. Tandis que la Russie soutient ce président et Vladimir Poutine a même déclaré qu’il enverrait des renforts si la situation venait à dégénérer. Emmanuel Macron ou Angela Merkel ont proposé une médiation européenne avec la Russie afin d’éviter une nouvelle crise ukrainienne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s