L’espoir contagieux

Nous y voilà, le printemps est arrivé. Les oiseaux chantent, le soleil brille, la saison des barbecues peut commencer. On attendait cela depuis plusieurs mois, mais rien ne s’est passé comme on aurait pu l’imaginer.

Confinés depuis le 19 mars 2020, les  Belges, comme le reste du monde, vivent une situation inédite et, on l’espère, exceptionnelle. La pandémie mondiale nous oblige à rester chez nous, nous empêche d’aller nous promener au parc, d’aller voir nos amis ou notre famille. Surfaces d’animation, auditoires, magasins non-alimentaires : tout  a disparu du jour au lendemain sans que quiconque n’ait pu le prévoir.

Une fois le choc de la nouvelle du confinement passé, l’heure de la raison est progressivement arrivée. Les citoyens comprennent les raisons de cette quarantaine imposée par un gouvernement à peine instauré et la respectent. Notre seul objectif désormais : sauver un maximum de personnes et, pour atteindre cet objectif, la participation de chacun d’entre nous est primordiale.

Cette crise sanitaire a permis de réveiller un humanisme que l’on aurait pu croire disparu avec le mode de vie que nous impose la société actuelle. De belles histoires  se sont produites, d’autres arriveront encore, laissez-moi vous en raconter quelques-unes :

Suzanne Hoylaerts, une nonagénaire belge a contracté le virus. Son état de santé se dégrade fortement : perte d’appétit, le souffle court, elle n’a pourtant pas de fièvre. Sa fille la conduit chez le médecin qui prend la décision de la placer immédiatement à l’hôpital. Mais,  en raison des mesures de sécurité, Suzanne n’est pas autorisée à voir qui que ce soit.  Ses derniers mots pour sa fille sonnent comme un adieu : « Tu ne dois pas pleurer. Tu as fait tout ce que tu as pu. J’ai eu une belle vie ». Suzanne décède quelques jours plus tard, après avoir refusé d’être placé sous respirateur. « Puisque j’ai choppé cette ‘bébête’, je ne veux pas de respiration artificielle. Gardez cela pour les plus jeunes. J’ai déjà eu une belle vie ».

              Comme Suzanne, les seniors sont les premiers touchés par la maladie. Et encore une fois, la solidarité belge s’est mise en marche pour lutter contre ce lourd constat. Plusieurs plateformes en ligne ont vu le jour afin de mettre en contact des seniors avec des volontaires prêts à faire leurs courses ou encore promener leurs chiens. Ce bel élan de générosité, gratuit qui plus est, permettra certainement de sauver plusieurs centaines de vie.

              Partons à l’étranger, dans les rues italiennes, françaises, espagnoles. Ces rues désertes mais pourtant si bruyantes. Bruyantes car les habitants se retrouvent à leur fenêtre pour chanter tous ensemble.  Les vidéos de ces quartiers qui se réunissent pour faire la fête tous ensemble, mais chacun chez soi, nous permettent de sourire, de nous évader un instant de la réalité.

Je pourrais  également vous parler des bonnes nouvelles de ce confinement : l’eau qui devient plus claire, la qualité de l’air qui n’a jamais été aussi bonne, les dauphins qui reviennent dans les ports, … Ne baissez pas les bras, être enfermé par ce temps ensoleillé n’est pas une situation agréable mais en continuant nos efforts, nous arriverons à gagner cette bataille. Plus que jamais, l’Union fait la force n’est pas qu’une devise nationale, elle traverse les frontières et propage l’espoir de voir arriver les jours meilleurs.

Prenez soin de vous,

Samy pour le Kot Citoyen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s