Elections belges : premier bilan 4 mois après le passage aux urnes :

Le 26 mai 2019, les électeurs belges ont été invités à se rendre aux urnes pour élire leurs représentants aux niveaux fédéral, régional et communautaire, renouvelant ainsi les différents parlements et gouvernements, chacun ayant des compétences bien précises.

4 mois plus tard, revenons sur un premier bilan de ces élections et sur les différentes coalitions gouvernementales ayant été formées.

Formation des différents gouvernements : comment ça marche ?

Rappelons que le 26 mai, nous avons voté pour élire, par des élections directes, les membres des parlements régionaux et communautaires, ainsi que de la Chambre des représentants.

Suite à ces élections, des gouvernements, c’est-à-dire les organes exécutifs, doivent être formés à ces différents niveaux, nécessitant de trouver un accord entre différentes formations politiques afin de former une coalition.

Au niveau régional et communautaire :

La Communauté germanophone a été la première à former son organe exécutif mi-juin, avec le Gouvernement Paasch II, associant le parti ProDG, les socialistes du SP et les libéraux du PFF.

C’est la Région bruxelloise qui a suivi, avec la formation, le 18 juillet 2019, du Gouvernement Vervoort III, formé par une coalition de 6 partis : le PS, Ecolo et Défi du côté francophone, ainsi que Groen, l’Open VLD et one.brussels-SP.A du côté néerlandophone.

Concernant le Gouvernement flamand, les négociations n’ont pas abouti à ce jour, et la rentrée du parlement flamand de ce 23 septembre 2019 s’est déroulée sans la traditionnelle déclaration de politique générale prononcée par l’exécutif.

Le Gouvernement flamand Homans (succédant début juillet au gouvernement Bourgeois I suite au départ de Geert Bourgeois pour le Parlement européen) composé de la NVA, du CD&V, ainsi que de Open VLD, est aujourd’hui en affaires courantes, dans l’attente d’un accord, notamment concernant la question du budget.

Rappelons que le Gouvernement flamand est l’exécutif de la Région flamande, mais également de la Communauté flamande.

En Région wallonne, les négociations ont donné naissance, le 13 septembre au Gouvernement Di Rupo III. Le Gouvernement wallon est désormais constitué d’une « coalition arc-en-ciel », formée par le PS, le MR ainsi qu’Ecolo.

Notons que cette coalition marque la fin des 15 années de participation gouvernementale du cdH à la région wallonne.

A la Communauté française, c’est le Gouvernement Jeholet, composé également d’une coalition arc-en-ciel PS-MR-Ecolo, qui succède au gouvernement Demotte III.

Quid du gouvernement fédéral ?

Au niveau fédéral, les choses avancent moins vite, et les négociations restent difficiles depuis la nomination des informateurs royaux, Johan Vande Lanotte (SP.A) et Didier Reynders (MR).

A l’heure actuelle, plusieurs coalitions ont été envisagées, mais l’option qui semble privilégiée reste celle d’un accord entre la N-VA et le PS. Avec le MR, l’Open VLD, le SP.A et le CD&V, six partis sont ainsi toujours autour de la table.

Soyons critiques, soyons citoyens,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s