Jeux Olympiques d’hiver 2018 : un événement plus que jamais politique

Le 9 février dernier, les jeux Olympiques d’hiver 2018 se sont ouverts à Pyeongchang en Corée du Sud. Séoul souhaite que ces jeux soient ceux « de la paix ». Force est de constater que le début de ce rendez-vous sportif a effectivement été le théâtre d’un rapprochement tout à fait inattendu entre les deux parties de la péninsule coréenne. 

Une cérémonie d’ouverture historique 

Plus de 2900 sportifs vont s’affronter dans quinze disciplines différentes lors de ces Jeux olym- piques d’hiver. Ceux-ci ont débuté par une cérémonie d’ouverture marquée par un geste qui a d’ores et déjà fait le tour de la planète médiatique. Kim Yo Jong, la sœur du leader nord-coréen Kim Jong Un a en effet assisté à la cérémonie. Depuis la fin de la guerre de Corée, elle est le pre- mier membre de la dynastie de Pyongyang à poser le pied sur le territoire de la Corée du Sud. Au commencement de la cérémonie, sous les objectifs des caméras du monde entier, Kim Yo Jong et le président sud-coréen se sont serrés la main. 

Lors des défilés des sportifs, les deux délégations, nord et sud-coréenne, ont marché ensemble, clôturant ainsi la cérémonie d’ouverture par un message de paix. Les athlètes étaient vêtus de blanc et brandissaient le drapeau d’une péninsule coréenne réunifiée. Deux athlètes ressortissants de chaque pays ont aussi porté ensemble la flamme olympique. 

Un revirement inespéré 

Les « Jeux de la paix » constituent un revirement assez inespéré au vu des mois très chaotiques qui ont précédé l’événement sportif. En effet, ces derniers mois, les ambitions nucléaires et balistiques de la Corée du nord avaient atteint des sommets et fait grimper en flèche les tensions entre les deux Etats mais également avec les Etats-Unis. Kim Jong Un menait très régulièrement des essais nucléaires et militaires dont des tirs de missiles balistiques intercontinentaux, censés faire entrer le territoire américain dans la ligne de mire de Pyongyang. 

Dans ce contexte, le monde entier a assisté, consterné, aux échanges entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen. Des menaces de « destruction » pure et simple de la Corée du nord aux insultes personnelles, ces échanges firent fi de toute norme ou coutume diplomatique. 

La diplomatie par le sport 

Finalement, après avoir ignoré les appels de Séoul pendant des mois, Kim Jong Un a, au début du mois de janvier, contre toute attente, changé de stratégie. Un intense processus diplomatique s’est engagé, aboutissant à la participation d’une large délégation nord-coréenne aux jeux Olympiques. Pour certains analystes, la Corée du Nord a décidé de se servir de cet événement comme un outil de projection, fournissant des images du régime. Notons que l’olympisme a toujours été, comme c’est le cas ici, le théâtre d’enjeux politiques et diplomatiques. Gageons que cette amorce de rapprochement durera au-delà de cette conjoncture particulière. 

Soyons critiques, soyons citoyens ! 

(article initialement publié le 20/02/18)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s